La transfiguration du Christ donne la force d’affronter le scandale de la croix

Elle est une anticipation de la résurrection, mais elle suppose la mort, explique Benoît XVI


 

ROME, Dimanche 17 février 2008 - Jésus a manifesté sa gloire aux apôtres, à travers la transfiguration, pour leur donner « la force de faire face au scandale de la croix », a affirmé Benoît XVI, ce dimanche avant la prière de l'Angélus.

Le pape a commenté l'Evangile de ce dimanche - la Transfiguration du Christ en présence des apôtres Pierre, Jacques et Jean -, en le rapprochant de l'Evangile de dimanche dernier, les tentations de Jésus au désert.

« Ces deux épisodes anticipent le mystère pascal », a déclaré le pape.

« La lutte de Jésus avec le tentateur annonce le grand duel final de la passion, et la lumière de son Corps transfiguré anticipe la gloire de la résurrection », a-t-il expliqué.

Ces deux dimanches sont comme des « piliers sur lesquels repose... toute la structure de la vie chrétienne qui consiste essentiellement dans le dynamisme pascal : de la mort à la vie », a-t-il ajouté.

« La Transfiguration est un événement de prière, a poursuivi le pape. En priant, Jésus se plonge en Dieu, s'unit intimement à Lui, adhère avec sa volonté humaine à la volonté d'amour du Père, et ainsi la lumière l'envahit et la vérité de son être devient visible : Il est Dieu, Lumière née de la Lumière ».

« Ici se trouve le point crucial : la transfiguration est une anticipation de la résurrection, mais celle-ci suppose la mort », a précisé Benoît XVI.

« Jésus manifeste sa gloire aux apôtres, afin qu'ils aient la force de faire face au scandale de la croix, et comprennent qu'il faut passer à travers de nombreuses tribulations pour parvenir au Royaume de Dieu », a-t-il expliqué.

Le pape a ajouté que lors de la Transfiguration, la voix du Père retentit, comme lors de son baptême, et proclame Jésus comme « son Fils bien-aimé » mais Il ajoute « Ecoutez-le ».

« Pour entrer dans la vie éternelle il faut écouter Jésus, le suivre sur le chemin de la croix, en portant dans son cœur, comme Lui, l'espérance de la résurrection. ‘Spe salvi', sauvés dans l'espérance », a expliqué le pape.

« Aujourd'hui nous pouvons dire : ‘Transfigurés dans l'espérance' », a-t-il ajouté.

Gisèle Plantec

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :